accueil
boutique
événements
adhérer

TAHITI AU BOUT DES DOIGTS

Ce recueil présente 21 chansons polynésiennes. Pour chacune des chansons vous trouverez le texte en tahitien et sa traduction en français, un lexique bilingue, une présentation des compositeurs, les dessins de Haamana Vanaa, la partition chant avec les accords de ukulele ou guitare, et un arrangement pour harpe. Le livre est né de la rencontre de plusieurs personnes : 

- Ève Delcambre, harpiste arrivée en Polynésie en 2018, musicienne passionnée qui s'est lancée dans la découverte du répertoire local, avec l'envie de faire connâitre son instrument et de partager. 

- Winston Pukoki, de l'Académie tahitienne, qui a apporté son savoir pour l'édition des textes tahitiens et leur traduction en français. 

- Haamana Vanaa, tatoueur renommé de Moorea, qui a apporté son talent artistique pour illustrer les chansons en utilisant des motifs du tatouage polynésien. 

Ce projet a pour objectif de diffuser le répertoire musical de Polynésie française et de remplir sa vocation à la fois culturelle et didactique. Mauruuru roa !

 

 

 

EVE DELCAMBRE, harpiste de formation classique, Ève Delcambre a suivi le Conservatoire National de Lille et obtenu successivement une médaille d’or et un prix de perfectionnement. Elle a joué dans de nombreux orchestres professionnels et a participé à des tournées et festivals.
Musicienne curieuse, Eve s’est intéressée au répertoire de la musique traditionnelle Vénézuélienne et a reçu une solide formation dans ce domaine avec Cristobal Soto. Séjournant pour quelques années en Polynésie, c’est tout naturellement qu’elle s’est intéressée au répertoire local et s’est plongée dans la transcription pour harpe des chansons tahitiennes les plus connues.
Passionnée de pédagogie, elle est titulaire du DUMI (diplôme universitaire de musicien intervenant) et du DE de professeur de harpe. Elle a créé une classe de harpe au Conservatoire à Rayonnement Communal de La Madeleine en région Lilloise et a publié une méthode de harpe basée sur l’oralité : « Les chansons de Jacotte ».
Intéressée par les problématiques de transmission et de diffusion de la pratique de son instrument, elle s’est rapprochée de l’association « Pop’harpe, harpes en carton et cetera » et après avoir participé à plusieurs stages, elle est maintenant formatrice au sein de cette association qui a pour but de rendre la harpe accessible au plus grand nombre en proposant la fabrication de harpes simples, en bois et carton, permettant d’aborder un large répertoire.
Grâce au soutien de cette association Ève a créé une école, Harpe à Moorea, où elle accueille les élèves intéressés et leur propose de construire leur instrument afin de commencer leur apprentissage. Ils sont une quinzaine aujourd’hui à s’être lancés dans l’aventure. La publication de ce recueil est liée à cette expérience unique, riche d’échanges et de partages.



 

 

HAAMANA VANAA passe son enfance dans les Australes, à Rurutu, parmi ses oncles tatoueurs, qui l’initient dès l’âge de seize ans. Un peu plus tard, il s’engage dans l’armée et choisit de devenir chasseur alpin. Cette formation, ainsi que les dix années de pratique qui ont suivi le marqueront profondément. Pendant toute cette période, il tatoue ses camarades dans différentes régions du monde (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Balkans…) et fait ainsi voyager sa culture polynésienne. Il rencontre son épouse, avec qui il a deux petites filles et décide d’abandonner l’armée pour vivre avec sa famille. Il ouvre un salon en France où il tatoue exclusivement des motifs polynésiens. Il est le seul à posséder ce savoir et se forge peu à peu sa réputation. Après quelques années, sa Polynésie natale lui manque et la famille décide alors de rentrer au pays. Il partage désormais sa vie entre sa famille, le salon de tatouage, la sculpture et la gravure, et rejoint la métropole régulièrement pour continuer ce qu’il a semé.


 

WINSTON PUKOKI, docteur en ethnolinguistique océaniene, enseignant et formateur en Langues et Civilisations Polynésiennes à l’Université de Polynésie française, à l’IFEP et à l’ISEPP, formateur en Histoire du Va’a et Civilisations de l’Océanie à la FTV et à l’ITJSPF. Il enseigne actuellement le tahitien au Collège-Lycée Pōmare IV. Il est membre de l’Académie tahitienne « Fare Vāna’a ».

 

 

retour
retour-carav