accueil
boutique
événements
adhérer

 

Cinq journées avec Charles Baudelaire à Bruxelles

 

barral_couv

 

 

La minute est solennelle. Tout le monde s'est tu. Alors, Nadar lève sa canne vers le capitaine des manœuvres juché sur le cercle supérieur, enlève son chapeau, exécute un large salut dans la direction du Roi et d'une voix retentissante commande :
— Lâchez tout !
Le ballon monte au-dessus de la ville...
Resté à terre, Baudelaire m'a jeté ce salut ironique :
— Bon voyage et prompt retour ! Demain mardi, à midi, je t'attendrai, nous déjeunerons ensemble à l'Hôtel du Grand Miroir !
— Demain, nous serons à New York, avais-je répondu étourdiment.
Les événements devaient donner raison à Baudelaire, à ma confusion, mais pour le plus grand honneur de ma vie.

 

 

 
 
barral

 

 

GEORGES BARRAL (1842-1913), fils d'un chimiste, auteur et directeur de publications, s'est consacré, après ses années d'études, à l'écriture et à l'édition scientifique et littéraire, avec une curiosité égale pour la médecine, l'agriculture, la politique, les sciences sociales, la poésie ou l'histoire.
Son éclectisme lui fait rencontrer des personnalités marquantes, dont Claude Bernard, à qui il consacre une biographie, ou Félix Nadar, grâce auquel il devient secrétaire de la Société d'automotion aérienne, fonction qu'il occupe lorsqu'il fait la connaissance de Charles Baudelaire à Bruxelles, et qui lui vaudra d'écrire Impressions aériennes d'un compagnon de Nadar.
Lié aux fouriéristes, auteur du 93e anniversaire natal de Charles Fourier, et signataire de plusieurs notices bibliographiques et d'articles sur la théorie sociétaire, il assiste aux banquets phalanstériens jusqu'en 1866, et en rédige les comptes-rendus, qui paraissent dans son périodique La Presse scientifique. La correspondance aux Archives de la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles témoigne d'une amitié fidèle avec Victor Considérant.
Mais l'ingénierie, les sciences naturelles, la politique ou les sciences sociales ne sauraient faire oublier sa profonde passion pour la littérature et, à l'orée du siècle nouveau, Barral, qui compte Zola parmi ses relations épistolaires, devient directeur de la collection « Poètes français de l'étranger » chez l'éditeur Fischbacher.
Même son Itinéraire illustré de l'épopée de Waterloo nous rappelle en filigrane de l'histoire militaire la Troisième journée avec Charles Baudelaire, où le poète le conduit sur le champ de bataille au cours d'un pèlerinage hugolien.



 
chamoux

 

GUY CHAMOUX est né en 1959 à Aubenas, en Ardèche. Après un mémoire sur l'enfermement amoureux dans La Prisonnière de Marcel Proust, il devient professeur des écoles.
Son intérêt pour l'art le conduit parallèlement à suivre, aux Ateliers de la Ville de Paris, les cours de Kambiz, d'Ernesto Drangosh et de Yanne Auguin. Plus récemment et pendant quatre années, il se forme à la gravure auprès de Marc Brogniart à Ivry.
Guy Chamoux élabore une oeuvre nourrie d'un dialogue fertile entre peinture et littérature, inspirée notamment de Malcolm Lowry (exposition Sous le volcan, Paris, 2005) ou de Marcel Proust et À la Recherche du temps perdu (exposition "La Porte jaune", Chantilly, 2008), et expérimente différentes techniques à travers des cycles tels que son "cadastre charnel", série de portraits-paysages, de "corps géographiques", ou la Valve Saint-Jude, journal d'hôpital en trente-quatre gravures (2008).
Il a reçu en 2014 le Premier Prix de peinture de la Ville de Paris pour le tableau La chambre rouge, et exposé à la Mairie du Ve arrondissement de Paris en novembre / décembre de la même année.
Deux autres expositions lui ont été consacrées, au Nouveau Cosmos à Paris en novembre 2015 et au Château d'Aubenas (dessins et peintures) en mars 2016.
Un accrochage collectif à la galerie Epic Art Life de Hong Kong en novembre 2016 a permis à Guy Chamoux de montrer ses toiles et travaux récents.

 

Cliquez sur l'image pour écouter l'entretien accordé par Radio Aligre à Guy Chamoux à l'occasion de la sortie du livre (19 juin 2018):


 

barral_texte
retour
retour-carav